L’ouvrage A7

Ce fut l’un des rares ouvrages dont l’équipage, à l’initiative du lieutenant Braun, sabota les matériels et armements avant de rendre l’ouvrage à la Wehrmacht en juin 1940, nonobstant les conditions de l’armistice précisant que les ouvrages devaient être rendus en état à l’occupant.
Faisant partie d’une vague de petits ouvrages cédés par l’Armée dans les années 1970 à 1980, ses équipements et cuirassements, sitôt la vente conclue, furent démantelés et ferraillés par une société messine.

L’ouvrage aujourd’hui

L’ouvrage, à l’état d’épave, a quasiment disparu du paysage. En grande partie remblayé, seules une partie des dalles supérieures et la façade du bloc 3 sont encore visibles de nos jours. Par ailleurs, ses galeries et puits d’accès ont souffert par endroit d’importants affaissements du fait d’anciens travaux miniers à proximité.

Source: Wikipédia.

Topographie

a7 topo

Visite

Nous démarrons la visite au sommet du bloc 3, l’escalier est peu engageant et est dépourvu de rambarde.  Allons-y !

escalier bloc 3

Dans la descente il manque une partie des marches, des gentils visiteurs du passé nous ont tout de même laissé leur pont équipé d’une vire dont les points d’ancrages sont à regarder les yeux fermés, pas très rassurant mais tout de même bien solide.

escalier manquant

Nous voici confronté à une chose surprenante, le bout d’escalier branlant ! Est-ce rassurant qu’il tienne encore ? Allons nous le prendre sur la tête une fois en bas ? Bon Alex le pousse, pas de soucis à se faire il est bien ancré !

bout escalier

Nous avons croisé sur notre descente deux fissures d’un écart d’au moins 20cm faisant tout le tour de la cage d’escalier. Je pense que les galeries de mines passaient en dessous et ne contournait pas l’ouvrage. Cela reste impressionnant de voir toute cette masse de béton rompus !

fissure

Nous voila arrivé en bas. Le paysage est apocalyptique, je vous laisse admirer ! A gauche direction la galerie pour rejoindre les autres blocs et a droite une pièce regroupant des wc et un lavabo.

orguerra.com

La salle de droite :

wc

Nous entrons dans la galerie en faisant attention qu’aucun bloc ne nous tombe sur la tête ! Vu la situation, c’est comme traverser un jeu de mikado ! A notre gauche nous entrons dans l’usine. Il ne reste plus rien, tout a été ferraillé et le reste saccagé par l’affaissement.

orguerra.com

Continuons à progresser dans ces galeries que je trouve superbes !

orguerra.com

Nous arrivons au croisement du casernement. Direction le bloc 2 ! A notre grand regret les tables ont été détachées du mur et laissée au sol tel de vulgaire déchets !

orguerra.com

Le dortoir ! Du moins, ce qu’il en reste. Il y restait les portes manteaux accrochés au mur.

dortoir

Nous arrivons dans la salle des filtres. Certains sont datés du 28.03.1940.

orguerra.com

Au pied du bloc 2 se trouve une salle assez jolie mais rien d’autre n’a d’intérêt.

orguerra.com

La jonction de la galerie Bloc 3 -> Bloc 2 -> bloc 3

orguerra.com

Direction le bloc 3. A notre gauche nous trouverons la réserve d’eau qui n’est pas sur la topographie. Le bloc 3 étant dans le même état que le bloc 2 il n’y aura donc pas de photo.

DSC_3574w

La visite est terminée, nous remontons en surface.

Conclusion

Cet ouvrage est atypique par son affaissement du aux travaux miniers sous ses fondations. Cela laisse un paysage apocalyptique mais tout de même très joli par ses pierres de taille apparentes. Certaines galeries sont dans de sales états et je n’irais plus dans celui-ci. Quelques vestiges laissés par les ferrailleur font travailler nôtre imagination, des portes découpées et déplacées, des morceaux de tables, etc.. Mais où vont donc s »imbriquer toutes ces pièces ?

Je déconseille fortement les visites car le site est très dangereux et instable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *